Lumières de vélo Knog Plus

« Soyez visible sur la route » est le slogan qui me vient à l’esprit chaque fois que je sors à vélo, surtout en automne et en hiver. Afin d’accroître ma visibilité dans la circulation, et donc de veiller à ma propre sécurité, j’ai décidé de commander un ensemble supplémentaire de feux de signalisation. Cette fois-ci, j’ai choisi les produits de la société australienne Knog. Le modèle Knog Plus de leur catalogue répondait à toutes mes exigences selon le cahier des charges. J’ai donc décidé de vérifier comment cela se passe en pratique.

Quelques mots sur…

Quelques mots sur...

Les événements tragiques de la saison passée, qui se sont répercutés par de forts échos, confirment sinistrement que le cyclisme sur route est un sport dangereux. Par conséquent, personne ne devrait douter qu’il vaut la peine d’investir dans des feux de jour efficaces.

Je suis un partisan absolu de l’utilisation des lumières tout au long de l’année, quelle que soit l’heure de la journée ou de l’année. Je pense aussi que lorsqu’il s’agit de conduire dans la circulation après la tombée de la nuit, les feux réfléchissants sont bien trop peu nombreux. C’est pourquoi j’ai décidé d’acheter un autre jeu de lumières dans ma collection. En raison de sa fonctionnalité et de sa polyvalence, Knog Plus remplira plusieurs fonctions avec moi, et leur achat a été décidé en fonction de paramètres techniques, d’un faible poids et d’une très bonne fabrication.

Mise en œuvre

Mise en œuvre

Les lampes Knog Plus ont un aspect extérieur similaire à celui des lampes jumelles et ne diffèrent que par la couleur de l’abat-jour. Dans le cas de la version avant, l’avant du feu est recouvert d’un « verre » transparent, tandis que le feu arrière est rouge en standard. La qualité du travail, le type de matériau utilisé, la taille ou le poids sont identiques dans les deux cas. Les versions de My Knog sont en plastique dur noir, bien qu’il existe également des versions transparentes sur le marché.

A l’avant, sous l’abat-jour qui occupe la majeure partie de la lampe, se trouve une LED COB, qui en constitue le cœur. Dans le cas de la version avant, elle génère 40 lumens, tandis que la lampe arrière brille à 20 lumens. Un interrupteur en caoutchouc est placé au-dessus des abat-jour, qui sert également à sélectionner l’un des cinq modes de fonctionnement.

À l’arrière des abat-jour, vous pouvez voir les contacts USB, qui sont utilisés pour charger la lampe directement à partir du port USB de votre ordinateur ou de la prise d’un chargeur standard de votre smartphone. Cela signifie qu’aucun câble supplémentaire n’est nécessaire pour utiliser pleinement le produit. Ce qui est intéressant, c’est la conception des lampes, dont la forme est similaire à celle des barrettes. Cette conception permet de fixer les lampes aux vêtements, au sac à dos ou au sac de siège. Il est fixé à la bicyclette au moyen de supports spécifiques, qui peuvent être installés sur le bâton ou le guidon d’une largeur comprise entre 22,2 et 31,8 mm. Une solution innovante, mais en même temps simple et efficace, est la façon de fixer les lumières dans les supports. Dans ce cas, Knog a décidé d’utiliser la puissance de petits aimants en néodyme, qui maintiennent les lampes dans la douille. Grâce à cela, il faut littéralement une fraction de seconde pour enlever les lumières de la moto. Cela ne signifie pas pour autant que la connexion n’est pas solide – au contraire, les aimants tiennent très fermement, ce qui garantit que nous ne perdons pas la lumière lorsque nous roulons sur des surfaces inégales.

Les temps de travail dans les différents modes, selon les spécifications du fabricant, sont les suivants : mode fixe – 2 h ; mode stroboscopique – 8,5 h ; mode à impulsions – 4 h 30 min ; mode flash fantaisie – 10 h ; mode flash éco – 40 h. Ce sont les valeurs qui s’appliquent aux versions avant et arrière de la lampe.

Pourquoi Knog Plus ?

Pourquoi Knog Plus ?

Au premier contact, le Knog Plus passe inaperçu – juste des petites lampes légères qui ressemblent plus à un jouet qu’à un éclairage de bonne qualité. Alors pourquoi ai-je décidé de les acheter ? C’était simple, mais pas évident. Avant de passer ma commande, j’ai fait connaissance avec de nombreux modèles intéressants d’entreprises concurrentes. Ils étaient tous deux des marques de premier plan et des « noname » inconnus de tous. Cependant, de tous, c’est Knog Plus qui répondait à la plupart de mes critères.

Tout d’abord, il devait s’agir de lampes petites mais efficaces, qui ne devaient pas dépasser le diamètre du volant ou du pilier du siège. Je voulais aussi qu’ils ne se démarquent pas de la moto après le montage – je voulais qu’ils s’en tiennent aux éléments constructifs du monorail. Knog Plus est très performant dans ce domaine. Non seulement les lampes sont étroites, mais une fois montées, elles « fusionnent » avec le vélo.

Je voulais également pouvoir fixer les feux non seulement au guidon ou au tube de selle, mais aussi, par exemple, au tibia de l’amortisseur ou aux tubes du triangle du cadre arrière. Grâce aux supports et aux élastiques inclus, nous avons beaucoup de liberté pour monter les lumières.

Un grand avantage de Knog est aussi la possibilité d’attacher Plus à un vêtement, un sac à dos ou un sac de siège. Grâce à sa construction, on peut accrocher la lampe dans une boucle, dans le harnais d’un sac à dos ou dans la poche d’un T-shirt. C’est une solution très pratique que j’utilise très souvent. Cependant, en utilisant cette option, avant de partir en tout-terrain, assurons-nous que la lampe « s’assoit » si fort qu’elle ne se détache pas pendant l’activité.

L’avantage de Knog Plus est aussi la possibilité d’enlever rapidement la lumière. C’est particulièrement utile lorsque vous devez vous éloigner du vélo. Grâce aux aimants utilisés, l’activité d’enlèvement des lumières prend littéralement un moment. Il n’est pas nécessaire de chercher des boutons pour libérer le mécanisme à cliquet, qui est généralement utilisé pour sécuriser différents types de lumières. Dans ce cas, il suffit de tirer plus fort pour pouvoir emporter la lampe avec vous. Contrairement aux apparences, c’est une combinaison très solide. Je sais par expérience que même lors d’une conduite agressive en tout-terrain, la lampe n’a pas le droit de se dégager de la poignée.

En choisissant Knog Plus, j’ai également suggéré la puissance générée ainsi que le temps de travail sur une charge. À mon avis, ce sont des valeurs suffisantes pour un très long voyage de nuit, et grâce à la batterie intégrée, même au moment de la décharge maximale de la lumière, nous pouvons réussir à recharger les lumières directement à partir de la prise de la banque d’énergie. Cette fonctionnalité est un autre avantage qui a contribué à mon choix.

Cela vaut-il la peine d’acheter Knog Plus ?

Si vous recherchez des feux de signalisation polyvalents, fonctionnels et efficaces qui ne sont pas seulement utiles en vélo, alors l’achat de Knog Plus est le bon choix. Certes, pour environ 70,00 PLN par pièce, nous pouvons acheter un certain nombre d’autres lampes, mais à mon avis, Knog Plus combine le meilleur de leurs caractéristiques. C’est un certain compromis entre le prix, l’efficacité et la qualité. Personnellement, en choisissant ce modèle, je voulais avoir un produit qui fonctionne aussi bien dans la vie de tous les jours en ville que lors de longs voyages sur le terrain.

Add Comment